Deux faits complètement indépendants l'un de l'autre peuvent parfois, quand ils se rencontrent dans la tête de Mlle Moutarde, donner lieu à un billet. Ainsi, la semaine dernière, certaines personnes de ma twitt-liste se sont extasiées pour les Millie's cookies. Parallèlement à cela, l'As des As est revenu des courses très fier de lui avec un paquet de cookies Granola "extra chunks". Et voilà comment, ni une ni deux, a germé l'idée de faire une dégustation à l'aveugle de cookies. Le but du propos ici n'est pas du tout d'établir un palmarès des meilleurs cookies de Paris comme l'a très bien fait Louise sur son blog Raid Patisserie ni de faire un banc d'essai à la manière de Rose en comparant offre du commerce et fait-maison. Il s'agit plutôt de confronter offre de grande surface (milieu ou haut de gamme) et enseignes plus artisanales et qualitatives pour voir ce que ces cookies ont vraiment sous la pépite !

Bon, autant vous prévenir tout de suite mes chers bec sucrés, vous ne saurez pas à la fin de ce billet quel est le meilleur cookie de France ... Pourquoi ? Parce que :
1) il nous était impossible techniquement (et physiquement !) de tester toute l'offre de cookies en France et l'échantillon est donc partiel et partial
2) au risque de vous décevoir, le cookie parfait, c'est comme le prince charmant : ça n'existe pas ! :-) Tout est question de goûts personnels et de souvenirs culinaires. D'ailleurs, même l'As des As et moi-même (qui avons pourtant grandi ensemble !) ne sommes pas d'accord sur le sujet : il préfère les cookies plus sablonneux alors que je les aime moelleux à l'intérieur ...

DSCN1121Ceci étant dit, entrons dans le vif du sujet ou plutôt dans le vif du biscuit ! Pour ce test à l'aveugle, nous avons comparé 5 cookies natures aux pépites de chocolat : 3 vendus en GMS (les Granola en milieu de gamme, les Pepperidge Farm en milieu + et le cookie Michel et Augustin pour l'offre premium) et 2 cookies "artisanaux" : un de l'enseigne dont on parle de plus en plus (déjà culte en Angleterre) : Millie's cookies et enfin un cookie de LA référence absolue quand on parle de ces petits gâteaux : Laura Todd. Je précise que ces deux derniers ont été achetés le jour même du test pour être dans un état de fraicheur optimal.

 

Après un aperçu général des 5 candidats, nous avons procédé à la dégustation méthodique, en respectant les conseils de préparation quand ils étaient mentionnés (souvent un passage de quelques secondes au micro-ondes) avant de procéder à l'établissement du palmarès.

DSCN11301er candidat en lice : le cookie pépites de chocolat au lait de Millie's cookies
La promesse : Des cookies cuits chaque jour sur place et une large variété de parfums
La réalité : Cookie très irrégulier. Aucune odeur particulière mais un cookie très gras sur les doigts ! Très mou à la dégustation, il a une texture presque élastique, "cheewy". Les pépites de chocolat (au lait) ont surtout goût de sucre. Au final, un ensemble très gras et très sucré.

 

DSCN11312ème candidat à tenter le grand saut : le cookie Granola gros chunks de chocolat
La promesse : "des chunks de chocolat si énormes que tout va vous paraitre plus petit"
La réalité : Premier point négatif : presque tous les cookies du paquet sont cassés même si leur contour avait l'air, a priori, à peu près régulier. Ce qui frappe surtout, c'est l'odeur de ces cookies : une odeur TRES forte de chocolat, presque trop forte pour être honnête (à la lecture de la composition, on retrouve sans surprise des arômes). En bouche, la texture est sèche et croquante, bien friable. Les grosses pépites de chocolat, bien présentes, ont plutôt bon goût (plus que celles du cookie n°1 en tout cas !) et ponctuent la dégustation de manière agréable. Au final, un cookie pas trop mauvais, qui respecte bien sa promesse centrée sur les pépites, même si on peut lui reprocher sa texture uniquement croquante et sableuse et absolument pas moelleuse !

DSCN11323ème cookie à passer sous la pointe de notre couteau : le vrai cookie avec gros morceaux de chocolat de Michel et Augustin
La promesse : 1 cookie 100%  pur beurre, jamais congelé, avec uniquement de bons ingrédients et de gros morceaux de chocolat
La réalité : Aspect très généreux (il est deux fois plus gros que les autres !), odeur légère de beurre bien cuit sympathique. Le cookie est très dense, avec une cuisson bien poussée et une texture pas trop friable. Les pépites ont vraiment un bon goût chocolaté (un chocolat suffisament puissant pour s'imposer sans être amer) et la petite pointe de vanille adoucit agréablement la force cacaotée. Un cookie vraiment bon ... mais à qui il manque un petit quelque chose pour être très bon. Après concertation, nous pensons qu'il manque une légère pointe de sel pour prolonger ce bel équilibre en bouche et satisfaire complètement les papilles.

DSCN11334ème cookie à monter sur le ring : le cookie aux pépites de chocolat au lait de Laura Todd
La promesse : spécialiste en cookies haut-de-gamme, la marque nous garantit des cookies au goût inimitable à la fois moelleux, fondants et délicieux et composés d'au moins 50% d'ingrédients bios.
La réalité : visuellement, le plus joli des cookies, régulier mais avec quelques petites aspérités qui rassurent sur le caractère artisanal et des pépites à moitié cachées, promesses de gourmandise. La texture, friable et moelleuse, est signe de fraicheur. Malheureusement, la cuisson du cookie a été un peu courte (c'est parfois le cas chez eux) et donc il manque le fameux contraste croustillant à l'extérieur/moelleux à l'intérieur. Les pépites de chocolat au lait ont la bonne taille et la bonne texture mais peinent un peu à s'imposer gustativement face à la pâte ce qui fait qu'au final, on a plus l'impression de manger un bon sablé breton (équilibre beurre/pointe de sel parfait) qu'un cookie aux pépites de chocolat. (Je reconnais que le cookie aux pépites de chocolat noir aurait sûrement eu plus de goût mais il n'y en avait plus quand je suis passée en fin de journée !).

DSCN11355ème cookie : last but not least, le double chocolate nantucket cookie de Pepperidge Farm
La promesse : un cookie avec une abondance de pépites de chocolat noir pour satisfaire les envies pressantes de cookies. Une expérience à lui tout seul.
La réalité : première bonne surprise, grâce à un emballage bien pensé, tous les cookies sont intacts. Le specimen flatte l'oeil avec ses bords couleur brun doré et son centre plus clair. Après un court passage au micro-ondes, le cookie a une texture presque parfaite : croustillant et friable sur les bords et tendre et moelleux à l'intérieur. Au goût, l'équilibre est aussi plutôt réussi : une base au sucre brun au goût affirmé, des pépites bien présentes et avec un bon goût de chocolat (rond et fort sans être amer) pour ponctuer la dégustation, une pincée de vanille pour compléter la trilogie et une pointe de sel pour prolonger le plaisir en bouche. Un très bel ensemble (surtout quand on suit le conseil de le passer quelques secondes au micro-ondes !).

Verdict
A l'unanimité, le cookie Pepperidge Farm prend la première place, aussi bien en terme de goût que de texture !
L'As des As, qui préfère les cookies plus sablonneux, a ensuite élu le cookie Michel et Augustin. Personnellement, j'apprécie les cookies plus moelleux et ma préférence va donc ensuite au Laura Todd (même si celui-ci a clairement souffert d'une cuisson trop courte !). Par contre, la grande déception, quelles que soient les préférences en termes de texture, revient au cookie Millie's : très gras, très sucré, sans aucun goût de chocolat et à la texture plus que ratée ...

L'info en plus
Les cookies sont bons pour le moral, personne n'en doute. Mais les cookies sont-ils bons pour la planète ? Honnêtement, il ne vaut mieux pas le savoir ! En effet, la société Greenext, spécialisée dans le calcul de l'impact environnemental de produits divers et variés (de la roue de bicyclette au moule à raclette !) a montré que l'impact de ces mignons petits biscuits est loin d'être anodin ! En effet, le chocolat "plombe" un peu le bilan carbonne et eau. Et c'est encore pire pour les cookies vendus en grande surface à cause de leur emballage (plutôt volumineux pour protéger la fragilité de ces biscuits) et de leur encombrement (transporter et stocker du vide coûte cher).

Enfin, on ne va pas se laisser démoraliser par ce bilan en demi-teinte ! Comme disent nos amis anglo-saxons "that's the way cookies crumble !" (traduction : "c'est la vie !")