25 juin 2012

Mozzarella, Burrata et Caetera ...

Réjouissez-vous, voici le retour de la minute fashion ! Ou plutôt de la minute foodista ...

Vous ne pensiez en effet quand même pas mes chers lecteurs que j'allais vous laisser partir en vacances sans vous dire quoi manger pour être branché ? Parce que c'est bien beau d'avoir le petit jean pastel qu'il faut ou les ongles colorés au vernis Essie mais si c'est pour manger ensuite des grillades moitié crues-moitiés cramées et des chips trop salés, votre niveau de trenditude est proche de zéro ...
Pas de panique Marie-Monique, Mlle Moutarde est là pour vous dire que mettre dans une assiette qui en jette ! Et l'ingrédient de l'été est (...suspens ....) la stracciatella ! J'imagine déjà vos mines déconfites ... Quoi ? Une banale glace souvent assez fade ? Mais non, pas du tout mes loulous ! On parle ici de la stracciatella de burrata. En effet, dans la grande famille de la petite boule blanche, vous connaissiez déjà la mozza et la burrata ? Eh bien vous connaitrez maintenant la stracciatella ...

DSCN1576Pour vous aider à vous y retrouver, et toujours avec son sens aigu du dévouement, Mlle Moutarde est donc allée tester pour vous toutes ces variétés dans un nouveau concept de boutique : un bar à mozzarella (et hop, encore une enseigne mono-thématique !).
Le nom de ce bar ? Oro Bianco (l'or blanc pour ceux qui auraient l'esprit un peu embrumé !).
La promesse ? Nous régaler avec pas moins de 5 variétés différentes de mozzarella toutes soigneusement sélectionnées et (très) régulièrement livrées pour nous garantir un maximum de fraicheur et de saveur.

Par un joli midi ensoleillé (une erreur sans doute !), Mlle Moutarde est donc allée en personne, accompagnée d'un certain Mister PP, goûter ces mozzas pour vous faire un résumé qui vous élevera au rang de foodista ! Pour ne perdre personne en cours de route, on va donc y aller progressivement, de la plus classique à la plus trendy.

 

DSCN1578       DSCN1579

Niveau 1, la plus traditionnelle, la mozzarella di buffala AOP (photo de gauche, à droite)
Si pour vous la mozza est quelque chose de sympa, car synonyme de vacances ensoleillées et de farniente, mais globalement fade et caoutchouteux, c'est que vous n'avez visiblement goûté que de la mozza industrialisée ! Allez-donc faire un petit tour chez votre traiteur italien du coin pour goûter la vraie mozza au lait de bufflone (et pas celle de vache que l'on trouve généralement dans nos grandes surfaces) : goût plus typé et texture plus fondante qu'élastique, je vous assure que vous sentirez la différence !

Niveau 2, la plus joueuse, la burratina (ou burrata) (photo de droite, en bas)
Déjà prisée depuis quelques années par les vrais amateurs de gastronomie italienne, la burratina, c'est la mozza mais en mieux avec un double effet kiss-cool : d'apparence "classique" à l'extérieur, elle cache un coeur de crème (comme un moelleux au chocolat coulant !) et offre donc un jeu de texture et de saveurs plus ou moins lactées à se damner. Moins courante et plus petite que la mozza, elle se suffit en général à elle-même avec juste à côté, une salade de roquette bien assaisonnée.

Niveau 3, la plus petite, la nodina (photo de gauche, en haut à gauche)
La nodina kezako ? La nodina, c'est une sorte de petit noeud de mozza très dense. Assez ferme, elle est plus ludique que véritablement savoureuse (bien entendu, elle reste quand même 1000 fois meilleure que la mozzarella de supermarché !)

Niveau 4, la plus surprenante, l'Affumicata (photo de gauche, en bas à gauche)
Comme son nom l'indique, l'affumicata est une mozzarella fumée et affinée sur de la paille humide (d'où elle tire sa couleur un peu jaune). A la dégustation, on a presque l'impression de manger ... une saucisse fumée (c'est peut-être mon influence allemande qui ressurgit !). En soi, le goût n'est  pas désagréable mais c'est vrai que l'on n'attend pas d'un fromage plutôt blanc et laiteux un goût aussi prononcé !

Niveau 5, la plus hype, la stracciatella di burrata (nous y voilà !) (photo de gauche, au centre)
La crème de la crème (au sens propre du terme !). On déguste ici, à la petite cuillère, la partie la plus raffinée de la burrata, son coeur crémeux. Très frais, légèrement acidulé et ponctué de petits fils de burrata, autant vous l'avouer tout de suite, c'est incroyablement bon ! On est ici dans la transgression pure, dans une onctuosité et une délicatesse hors norme, je vous assure que vous vous retenez de racler le pot avec les doigts pour ne pas en perdre un gramme ! (d'ailleurs, vous allez plutôt en prendre des grammes à manger de la crème à la petite cuillère ! ;-))

Maintenant que vos connaissances sont à jour, il va falloir les mettre en pratique ! Préparez-vous donc un petit repas aux accents de Dolce Vita avec une de ces mozzarella, une bonne salade de roquette et de tomates séchées, un filet d'huile d'olive et ... andiamo !

Posté par camille syren à 09:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


20 juin 2012

C'est dans la boite !

La box est à la mode.

Rassurez-vous, pas besoin d'enfiler vos gants et votre casque (pour le bronzage c'est pas optimal !) mais plutôt d'attendre patiemment l'arrivée du facteur. En effet, les box (dont le succès fut inité par les smartbox) se multiplient et chacun y trouve désormais son plaisir. Après les beauty box qui cartonnent maintenant depuis quelques années, voici venu le temps des food-box en tout genre !

Le concept

Après vous être abonné pour un nombre de mois définis (le montant varie en fonction des box), vous recevez chaque mois dans votre boite aux lettres un joli carton livré, si tout se passe bien, en bon état par votre facteur. A l'intérieur ? Surprise ! En effet, le point commun de toutes ces box, c'est qu'on ne sait pas en amont ce que l'on va recevoir. Rassurez-vous, vous ne risquez pas de recevoir une clé à molette ou des partitions si vous êtes passionné de gastronomie ! En effet, vous vous abonnez à un principe de box (beauté, gastronomie, oenologie, ...). L'offre varie chaque mois mais reste toujours dans votre centre d'intérêt !

Le business model

Quel intérêt, mis à part le plaisir d'avoir une surprise, comme un cadeau qu'on se fait à soi-même ? C'est qu'en général la valeur marchande de votre box est supérieure à la valeur monétaire que vous l'avez payée. Pour faire simple (tout le monde ne passe pas son bac d'économie cette semaine !), vous en avez pour votre argent car votre colis vous coûte moins cher que si vous achetiez tous les produits pris isolément dans le commerce.
Pourquoi ? Tout simplement car ces box fonctionnent sur le principe de l'achat groupé (le même principe aussi que Groupon), c'est-à-dire que le prestataire négocie des tarifs avantageux car il prend de gros volumes. Autre possibilité, certaines marques contactent directement le prestataire et lui proposent des tarifs préférentiels car la clientèle particulière de ces box correspond à sa cible (là on n'est plus niveau bac d'éco mais directement licence de marketing !).

L'offre en présence

Dans le secteur de la gastronomie (qui est quand même le sujet de ce blog pour ceux qui n'auraient pas tout suivi !), le phénomène est plutôt récent (depuis mai) et on répertorie donc seulement trois offres à l'heure actuelle :
- la Gastronomiz'box à 17 € par mois (test ci après)
- la Papilles box à 20 € par mois (avec un positionnement un peu plus premium et gourmet que la première)
- la Vineabox pour 29.90 € par mois (comme son nom l'indique, on est ici sur de l'oenologie)

 

DSCN1640La Gastronomiz'box

Rendant à César ce qui lui appartient, Mlle Moutarde a testé pour vous la première de ces boites, la Gastronomiz Box.
Le thème de celle de Juin ? "Tutti frutti".
Et concrètement, y'a quoi dedans ? Une sélection alternant des produits (frais et secs), des ustensiles de cuisine et des fiches recettes proposées par un grand chef "parrain" de la box mensuelle.
Voici donc le détail du panier de victuailles :
- une compote Jardin d'Orante par Marc Veyrat
- un sirop à la fraise pour milkshake de Moulin de Valdone
- un coulis de myrtille bio de Saint Dalfour
- un assortiment de fruits secs Daco Bello
- des perles de saveurs au pamplemousse de Monin
- un évidoir Mastrad
- les fiches recettes du chef Akrame Benallal

So what ?

Bon honnêtement pour moi la box, c'est les Kinder surprise des adultes !
En effet, ce que j'ai préféré, c'est déballer ma surprise (même s'il n'y a pas de chocolat autour !). Après, concrètement, je ne me suis servi d'encore aucun des produits du colis de juin ...L'offre est plutôt de qualité mais la promesse d'une "sélection de produits originaux et gourmets" est à moitié vraie : je trouve les compotes depuis TRES longtemps dans mon Monoprix, de même que l'on trouve facilement l'ustensile Mastrad (pas hyper-novateur) ou l'assortiment de fruits secs. Rose, qui a testé la Papilles-Box, a eu l'air un peu plus intéressée.

Alors boîte de Pandore ou boite à bijoux ?

Honnêtement, l'abonnement à une boite peut constituer une bonne idée cadeau : cadeau que l'on se fait à soi (tous les mois on a le plaisir de la surprise) ou cadeau que l'on fait aux autres.
Après, il faut être rationnel : il est évident que pour 17 euros par mois vous ne pouvez pas non plus espérer avoir caviar et homard en quantité !
En fait, le concept étant encore relativement nouveau dans le domaine de la gastronomie, on peut s'attendre dans les mois à venir à une croissance et à une montée en gamme de l'offre.

Ce développement rapide en quelques mois montre en tout cas que certains ont flairé le bon filon et que le concept est loin d'être boiteux !

Posté par camille syren à 09:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 juin 2012

Chipotle : le tex-mex qui laisse perplexe ...

Comme je vous l'expliquais dans ce billet, le Mexique est dans l'actualité gastronomique de cette année et notamment grâce à l'ouverture fracassante ces derniers jours du premier Chipotle sur le continent européen à Paris.

DSCN1649Je ne vais pas revenir sur le statut quasi-culte de Chipotle aux USA ni sur leur positionnement de tex-mex certes rapide mais plutôt haut-de-gamme. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ouverture a déchainé les foodista parisiens et que les files d'attente s'allongeaient au delà du raisonnable : pour aller tester, il fallait être motivé ! Néanmoins, toutes les critiques étant globalement assez positives, j'ai donc décidé d'aller tester par moi-même (et en compagnie de l'As des As que j'avais visiblement réussi à convaincre en lui vendant à mort le concept !). Vendredi soir, nous nous y sommes donc rendus affamés (j'avais lu que les portions étaient très copieuses) mais prêts à patienter.

 

La découverte
L'équation mauvais temps + match simultané de l'équipe de France a joué en notre faveur et, ô surprise, l'enseigne était presque vide et nous avons donc pu commander immédiatement (bon, entre temps, j'ai eu le droit à quelques railleries de mon acolyte sur ma capacité à exagérer tout ...)

La commande
Conscience professionnelle oblige, nous décidons de ne pas prendre la même chose pour avoir un aperçu des différentes offres. Je choisis donc l'option 3 tacos et l'As des As l'option burrito. Quelque soit le mode de roulage, le principe reste ensuite le même (même mode opératoire que chez Subway) :
- on choisit la base : riz et/ou haricots rouges au naturel et/ou haricots blancs au bacon
- on envisage ensuite la viande : poulet label rouge, boeuf au grill, boeuf braisé et effiloché ou porc
- on passe au colorama des sauces : douce (rouge), moyenne (verte) ou forte (rouge foncé)
- on craque enfin sur les toppings : crème, guacamole, fromage rapé ou salade

Alors, que ressort-il de cette série de choix difficiles ?
Un burrito avec riz, haricots au bacon, poivrons, porc, sauce moyennement piquante et gruyère rapé pour les 1m92 de l'As des As (d'où le choix d'un burrito blindé en riz et haricots ! ;-)), des tacos variés avec haricots blancs et noirs, boeuf et poulet, sauce moyennement piquante, salade et guacamole pour moi.
Petit détail qui aura son importance par la suite, il est possible de rajouter soi-même une des trois variétés de Tabasco (le vert-doux, le rouge-normal et le marron spécial Chipotle extra-scharf). Comme je bois le jus de tomate avec plus de 20 gouttes de Tabasco dans mon verre, je choisis - même pas peur - le plus fort qui ne tombe pas au goutte-à-goutte comme on pouvait s'y attendre mais en grande rasade ...

DSCN1651     DSCN1653     DSCN1658

Une fois l'ensemble payé (par moi, faut pas croire que l'As des As soit toujours généreux !), on a déjà 3 remarques qui contrastent un peu avec l'ensemble des louanges :
1) Aucun dessert n'est proposé (pour un bec sucré comme moi, c'est dingue qu'il n'y ait pas un seul truc sucré pour finir le repas !)
2) L'eau est à 2.50 € la petite bouteille, plus chère que dans les gares !
3) Pour une raison que nous n'expliquons pas, le guacamole est en supplément dans les burritos et pas dans les tacos ...

Bon, on ne va pas s'arrêter à ces petites "boulettas" et on attaque donc à pleines dents nos petits paniers !

La dégustation 
Euh ... Le burrito comme les tacos sont tièdes/froids, ça commence plutôt mal ...
Mais le goût me direz-vous ? Eh bien honnêtement, on a été très déçus. Le burrito, en plus d'être tiède, est assez fade, les haricots blancs l'emportant sur toute la composition. Pas mieux pour les tacos où l'ensemble n'avait pas beaucoup de goût exception faite du guacamole qui était vraiment très bon et avec de la mâche. Les viandes, que l'on nous vend comme longuement marinées dans une recette secrète Chipotle, ne se démarquent pas particulièrement. En fait, au lieu d'avoir un burrito ou des tacos riches de multiples saveurs qui se répondent et s'entre-choquent avec toute la chaleur du Mexique, on mange quelque chose proche du "gustatogramme" plat.
Si vous n'avez pas une mémoire de poisson rouge, vous vous souvenez que j'avais, en plus, versé une giclée de tabasco ultra-fort (au lieu de quelques mignonnes petites gouttes). Résultat : je me suis littéralement tué les papilles, limite j'avais l'impression que mon palais allait se décoller !

Le mot de la faim
Je pense que vous l'aurez compris, nous n'avons eu absolument aucun plaisir à manger ce tex-mex tiède, fade et pas non plus très bon marché (9€ le burrito !). La déception fut d'autant plus grande qu'on se réjouissait vraiment de manger un bon tex-mex !
Seul point positif ? Chipotle est situé juste à côté d'un Häagen-Dazs, parfait pour aller se consoler, avoir une petite touche de sucré (bon ok, une grosse touche !) et surtout apaiser les papilles en feu ! (pour l'As des As, même la glace n'a pas compensé la déception mexicaine ...)

Posté par camille syren à 10:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

14 juin 2012

Le macaron Hermé du mois : Jardin du paradis

Comme le dit fort bien le proverbe guatémaltèque : "Anis et safran, un mélange toujours envoûtant".

DSCN1645Dans cette cinquième variation autour des jardins, Pierre Hermé abandonne temporairement les saveurs florales pour se concentrer sur deux épices à la structure aromatique complexe : anis et safran. Ce dernier était déjà merveilleusement travaillé dans son macaron "Eden" aux notes de pêche, d'abricot et de safran. La question était donc de savoir si ce "Jardin du Paradis" serait à la hauteur de l'Eden ... (vous avez 4 heures ! :-)).

Une coque bicolore, un nez peu différenciant (c'est dingue comme tous les macarons sentent la même chose !), tout va donc se jouer au palais ...

A l'attaque, le safran prend le dessus avec son parfum si particulier. Puis progressivement, par la magie de l'alchimie des goûts, l'anis développe ses arômes, sans à-coup, sans rupture mais au contraire dans une continuité et une harmonie étonnantes avec ceux du safran.
L'anis est parfaitement dosé pour suggérer toute sa palette gustative sans être trop présent.
Enfin, en fin de bouche, le safran revient dans toute sa superbe avec ses notes profondes, chaudes et miellées. C'est vraiment très bon (en tout cas moi j'aime !). En effet, moi qui adore le safran, il est ici mis en valeur dans toute sa richesse et sa subtilité. L'anis n'est là que pour souligner et révéler l'ensemble du spectre de saveurs de ces filaments d'or rouge.

Alors, question cruciale, ce macaron mérite-t-il son nom ?
Pour mes papilles qui aiment beaucoup le parfum suave et profond du safran, oui ! Les volutes parfumées de cette petite bouchée sont un pur régal. Pour ceux qui préfèrent l'anis, l'enthousiasme sera peut-être un peu moins grand car il joue ici une partition mineure et n'est là que pour magnifier le safran.

Vous l'aurez compris je pense, avec ce macaron, ce n'est pas donc un petit coin mais bien un petit rond de paradis que vous découvrirez !

Note : les macarons de ce billet ont été offerts par l'As des As qui se voit donc élevé au grade de généreux contributeur à ce blog !

Posté par camille syren à 09:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 juin 2012

Maki'l est bon !

A quelques journées du bac, voici un problème (et son corrigé !) pour tous les candidats option gourmandise.

Intitulé du sujet : Comment composer une assiette harmonieuse avec des aliments japonais et moyen-orientaux ?

Contexte : avec l'arrivée des journées ensoleillées et des températures estivales, vous souhaitez faire des recettes faciles à manger (dans le jardin par exemple), froides (sinon effet sauna garanti) et qui plaisent à tous (because grande réunion de famille) tout en étant très bonnes (c'est l'été, on fait ce qu'il nous plait). Problème : entre votre mère Christine, sacrée à l'unanimité impératrice du taboulé et votre petite nièce qui ne jure que par les sushis, vous ne savez pas trop comment faire un repas cohérent qui plaise à tous et ne vire pas en jus de boudin.

Enoncé du problème : composer une recette qui réconcilie les envies de chacun tout en respectant le contexte initial (donc une recette froide, facile à manger et bonne).

Solution possible : acheter les makis "comme un taboulé" créés par Jean-François Piège pour Sushi shop à base de concombre, tomate, oignon rouge, coriandre, menthe et citron vert.

DSCN1634     DSCN1635     DSCN1636

Oui, je sais, certains vont se dire que c'est une solution de facilité ... Mais une fois que vous les aurez goûtés, vous serez convaincus !

Ces makis, qui font partie de la collection que Jean-François Piège a développée pour l'année 2011/2012, m'intriguaient depuis longtemps. En effet, j'aime beaucoup le taboulé d'une part et les makis d'autre part mais je n'arrivais pas à me représenter dans mon répertoire gustatif comment les deux pouvaient se marier dans un ensemble harmonieux. Pour faire un parallèle, j'aime beaucoup les lasagnes, j'aime beaucoup la choucroute mais pas les deux en même temps !
Pour revenir à notre problème du jour (attention, le hors-sujet est sévèrement sanctionné !), je n'osais pas trop goûter ces makis "OVNI" car je ne voyais pas comment les saveurs typées du Japon et celles toutes aussi marquées du Maghreb pouvaient se réconcilier. D'un autre côté, si un chef tel que Piège le proposait c'est que cela ne devait fondamentalement pas être mauvais ... Vendredi je me suis donc lancée !

Et ? Et bien c'est surprenant mais extrêmement bon et harmonieux ! (avis partagé par mon commensal de déjeuner au palais incroyablement développé) Ce qui frappe, c'est l'incroyable impression de fraicheur qui se dégage de ses petites bouchées. Le goût de l'algue est peu présent et celui du taboulé parfaitement restitué. En les mangeant (sans sauce soja), reflèxe pavlovien gustatif oblige, on a presque l'impression de manger de la semoule et non des bouchées à base de riz. C'est vraiment très fort tant en termes de textures que de parfums. Le croquant du concombre et de l'oignon rouge contraste avec le moelleux du riz et la coriandre fait le trait d'union entre tradition nippone et cultures arabes. Seul petit bémol : le citron vert est trop peu présent pour apporter une dimension supplémentaire.

Appréciation : Félicitations du jury. Le défi est relevé haut-la-main. En une bouchée tout l'orient (proche et extrême) est réuni et ... toute la tablée aussi ! (n'oublions quand même pas le problème de départ !)

Posté par camille syren à 17:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


05 juin 2012

Jeu, set et mange !

Aujourd'hui Mesdames et Messieurs nous allons répondre à une question cruciale et trop souvent passée sous silence : à Roland-Garros on mange quoi ?

Oui, je sais, vous allez me dire que, quand on va à Roland Garros, on se pose plus la question de savoir si le revers de Federer va résister au coup droit de Nadal ou si la météo va être clémente mais d'un autre côté, ne nous voilons pas la face, vous croyez vraiment que tous ces passionnés ne se nourrissent que d'amour (de la balle jaune) et d'eau fraiche (Perrier of course !) ? Eh bien non, révélation fracassante, ils mangent ! Et nous voilà donc revenus à la question de départ : à Roland Garros on mange quoi ? Eh bien, ça dépend ...

Option n°1 (la plus classique) : vous êtes un spectateur

DSCN1596     DSCN1598

Si vous avez décidé de passer la journée sur le stade et que vous n'avez pas amené votre pique-nique maison, il faudra vous contenter d'une restauration rapide et pas vraiment exceptionnelle : hamburger, hot-dog, croque monsieur et frites. Libre à vous de compléter ensuite ce repas sur les stands des différents sponsors de l'évènement (et là c'est déjà un peu mieux) : Nespresso, Perrier ou Häagen-Dazs. Bref, vous l'aurez compris, vous venez plus pour manger de la terre battue que pour être repu !

Option n°2 (la plus hétéroclite) : vous travaillez sur Roland-Garros

DSCN1619     DSCN1618

Ramasseur de balles, hôtesse sur un stand partenaire, membre de la sécurité, concierge VIP, vendeur à la boutique officielle, stadier : c'est impressionnant le nombre de personnes qui gravitent autour des stades pour offrir aux joueurs comme aux spectateurs un moment agréable. Pour tous ces hommes (et femmes) de l'ombre munis de leur précieuse accréditation, le principe est simple : chaque jour, un montant fixe est crédité sur leur badge (le montant varie en fonction des jobs et du temps passé chaque jour sur le site) pour leur permettre ensuite de manger, selon le temps et l'envie, à la cafétéria rapide ou à la cantine assise. Mlle Moutarde, ne reculant devant rien pour vous (et surtout aidée par l'As des As !) a réussi à inflitrer ce milieu très fermé pour goûter par elle-même ! Et voici ce qu'elle a découvert ...
Le service de restauration est assuré par la Sodexo et reste chaque jour ouvert de 7h30 le matin jusqu'à une heure après la fin du dernier match (horaire flottant vous l'aurez compris !). L'option rapide qui consiste à aller à la cafétéria donne accès à des boissons chaudes ou froides, différents sandwichs et wraps ainsi que des barres chocolatées (Mars, Kit-kat) et des muffins (ceux tout choco sont bof mais les natures avec pépites de chocolat sont tout à fait convenables).
La cantine propose quant à elle de vrais repas avec entrée, plat, dessert. Si les entrées (salades variées, charcuterie, melon, ..) et les desserts (fruits, muffins, yaourts, ...) ne changent pas trop, les plats chauds tournent eux régulièrement et sont assez équilibrés (bon après, tout dépend des choix que chacun fait !). D'un point de vue gustatif, c'est plutôt pas mal :ce n'est pas non plus de la haute gastronomie mais c'est "normalement bon" et j'ai connu des cantines bien pires.
De ce que j'ai goûté, le poisson, bien qu'un peu sec (mais d'un autre côté c'était la toute fin du service ...), avait de la mâche et du goût, les épinards béchamel auraient pu réconcilier certains avec ce produit détesté et les pâtes n'étaient pas trop cuites (et on peut les saupoudrer au choix avec parmesan, gruyère ou sauce !). Bon vous l'aurez compris, Roland-Garros s'occupe plutôt bien de son personnel !

Option n°3 (la plus show-off) : vous êtes un VIP

DSCN1591      DSCN1623

Alors là, c'est le jackpot ! Non seulement deux espaces entiers vous sont dédiés (le village où les partenaires du tournoi accueillent chaque jour les meilleurs clients dans un cadre confortable et le "Club des Loges', tout nouvel espace de la FFT encore plus chic) mais en plus vous vous régalez ! La restauration est en effet assurée par Potel et Chabot, traiteur gastronomique haut-de-gamme.
A Roland Garros, entre les déjeuners quotidiens et les soirées organisées par les différentes sociétés, le chef de cuisine Francisco Bouza et ses équipes envoient pas moins de 1000 couverts en moyenne par jour ! Et dans ces assiettes, tout n'est que luxe, calme et volupté ...
Les deux photos vous montrent quelques "extraits" des nombreuses bouchées, plats, verrines et canapés réalisés. A gauche, un cake tendance italienne incroyablement savoureux et parfumé avec basilic, tomates et mozzarella ; une fine tranche de pain aux fruits secs toastée et accompagnée d'une crème de truffe présentée dans un tube façon gouache (moins parfumé mais c'est peut-être parce que je n'ai pas osé mettre trop de crème de truffe) et un cake au citron (bon mais un peu moins moelleux que le cake). A droite, la verrine de dessert d'une soirée organisée par la FFT avec croustillant de noisette, ganache onctueuse au chocolat, caramel sur le dessus et pour finir en beauté, de belles noisettes caramélisées : hyper-gourmand quand on a toutes les saveurs et textures en même temps ! (même si j'ai trouvé un léger goût de banane un peu bizarre mais mon avis n'a pas été partagé par l'As des As ...). Je pense que vous avez maintenant compris pourquoi les loges situées au plus près des courts ne sont pas vraiment occupées avant 15 heures : il faut faire honneur à ces délicieux plats ! :-)

Option n°4 (la plus rare) : vous êtes un joueur

Euh ... alors là comme vous dire ... Disons pudiquement que mon niveau tennistique ne m'a pas permis d'infiltrer la cantine réservée aux joueurs et à leur staff (même si je porte plutôt bien la jupette ! ;-)) et que je n'ai malheureusement pas pu tester par moi-même le régime sportif !

Enfin, si vous restez chez vous ce week-end, vous pouvez tout de même vous mettre dans l'ambiance "tennis" en préparant un dessert à base de fraises, meringue et crème. Il s'agit là du dessert traditionnel d'un des tournois du grand chelem. Lequel ? Roland Garros ? No my dears, il s'agit de Wimbledon of course !

Posté par camille syren à 09:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 juin 2012

Caramel + sel = l'équation de l'été !

Attention, minute couleur fashion !

Si vous voulez être une (ou un, pas de féminisme de bas étage ici !) "-ista" cet été, voici le nuancier à adopter
- pour être fashionista, il vous faudra être couleur pastel (pour le porter sans avoir l'air nunuche, suivez les conseils du Elle !)
- pour être foodista, il vous faudra par contre être couleur (ou plutôt saveur !) caramel et plus exactement caramel au beurre salé ! Pourquoi ? Bah, parce que c'est tendance pardi ! :-)

Si cette réponse ne vous satisfait pas complétement, voici différents éléments qui devraient vous convaincre que le caramel est la nouvelle "savor to be" pour cette saison.

DSCN1586Rétro quand tu nous tiens
Ne nous voilons pas la face, on assiste depuis quelques années à un grand retour en grâce (ou plutôt en bouche) des saveurs et des pâtisseries rétro : Paris-Brest,Tarte Tatin et maintenant petits choux fleurissent dans la vitrine des grands pâtissiers ou des artisans du quartier. Et s'il y a bien une saveur régressive, c'est celle du caramel : des pommes caramélisées de la tatin aux caramels au beurre salé mangés chez les grands-parents en passant par les mythiques carambar bien sûr ! (rassurez-vous je ne ferai aucune blague à ce sujet ...)

 

Caramel gastronomique
Si vous voulez vous initier tout de suite au top du top du caramel, plus besoin d'aller jusqu'en Bretagne ! En effet, une des figures emblématiques de ce petit bonbon aux couleurs ambrées, Henri Leroux, a ouvert sa première boutique parisienne au mois de décembre dernier. Si vous allez faire une petite visite dans le monde de "Henri et la Caramelerie", il vous faudra bien évidemment absolument goûter ses caramels au beurre salé (dont il est l'inventeur et qu'il a déposés sous la marque CBS !) mais, si votre palais est un peu plus aventurier, vous pouvez aussi vous laisser tenter par la nouveauté de ce printemps : le 'caramel fraise et poivre timut du Népal" (je n'ai personnellement pas encore eu le temps de goûter mais ça fait partie de ma "to-taste list" !).
De plus, preuve que le caramel est vraiment tendance en ce moment, même les grands pâtissiers se mettent à en proposer ! Pierre Hermé a ainsi lui aussi sorti ces derniers mois toute une collection de bonbons de caramel reprenant les saveurs phares de la Maison : caramels Ispahan (rose, framboise et litchi pour ceux qui auraient hiberné pendant 15 ans !) et Plénitude (chocolat) ou, plus étonnant, Mahogany (mangue et letchi).

Caramel grand public
Si une furieuse envie de caramel commence à se faire sentir et que vous n'habitez ni Paris ni Quiberon, voici deux options pour satisfaire rapidement cette envie en plein été : les glaces et ... les chips !
La glace tout d'abord puisque Häagen-Dazs, sentant la tendance pointer le bout de son nez, a sorti comme parfum de saison une glace "caramel au beurre salé" avec sauce au caramel et éclats caramélisés au beurre salé (bon mais pas ma préférée, j'ai eu un peu de mal avec les éclats de caramel. Je préfère je crois, pour rester dans la même gamme, dulche de leche) et lance même des "Caramel Master Class" un peu partout en France.
Et, si vraiment vous n'avez peur de rien, pourquoi ne pas tester les chips au caramel au beurre salé de la marque Bret's ? Je n'ai pas encore pu tester cet OVNI culinaire (uniquement en vente dans les Intermarchés si mes informations sont justes) mais on peut supposer que le caractère "salé" du caramel est bien présent ...

caramel-dans-une-casseroleCaramel domestique
Ne nous voilons pas la face mes petits cuistos, faire du caramel à la maison c'est chaud ! Combien de fonds de casseroles ont gardé un souvenir ému (ou plutôt cramé !) de vos nombreux essais ? Si néanmoins vous êtes maitre es caramels classiques, je vous invite à tester cette recette plus insolite, trouvée sur le blog d'Esterelle, le caramel d'agave au gomasio. Vous serez ainsi élevé au titre de Grand Commandeur de Foodista !

 

Bon, et pour terminer, une petite colle (aux dents !) : savez-vous à quel rang se placent les bonbons au caramel dans le palmarès des confiseries les plus consommées par les français ? (source Nutrinet)
Au 6ème rang derrière les bonbons, guimauves et autres pâtes de fruit. Nul doute que d'ici la fin de l'été, ces caramels au beurre salé vont opérer une sacrée remontée !

Posté par camille syren à 09:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 mai 2012

Bac à glaces : jamais 2 ... sans 3 !

Si vous lisez régulièrement ce blog, je pense que vous avez dû comprendre que je ne refuse jamais une petite (soyons honnête, même plutôt une grosse!) glace. Je commence donc à avoir testé un certain nombre de glaces, industrielles ou artisanales, classiques ou originales, grand public ou plutôt gastronomiques. Que ce soit une coupe duo tentation chez Häagen-Dazs, une glace turbinée minute chez Piège, un cône chocolat/pistache chez Picard ou une glace ricotta de brebis/écorces d'oranges confites chez Grom, croyez-moi, je ne laisse jamais à la glace le temps de fondre !

DSCN1537Et il y a une adresse que j'affectionne tout particulièrement et dont je vous ai déjà parlé ici et : le bac à glaces.
Pourquoi ? Car chacune de leurs glaces est un petit bijou de gourmandise. Honnêtement, ici on ne vient pas pour manger quelque chose de rafraîchissant et d'agréable mais pour manger quelque chose d'extrêmement bon avec lequel on se régale vraiment. Pourquoi ? Car Maria, la maitre-glacière, élabore chaque parfum comme les grands pâtissiers élaborent leurs pâtisseries : en sélectionnant les meilleurs ingrédients, en travaillant les textures (et oui, toutes ses glaces n'ont pas la même texture !) et surtout en pensant véritablement une architecture de goût pour chacune de ses créations. Bien plus qu'une glace, on a l'impression de manger un dessert gastronomique et gourmand (oui je sais, j'insiste beaucoup mais c'est parce que c'est vraiment unique !).

Ainsi, quand Maria m'a annoncé que 5 nouveaux parfums pointaient le bout de leur nez pour cet été, je me suis empressée d'aller les goûter ! C'est donc à nouveau accompagnée de l'As des As que j'ai dégusté ces nouveaux parfums (mais pas que !) avec les explications de Maria sur sa démarche et sur son travail.

DSCN1538 Avant ... après ! DSCN1543 

Premier sorbet à se laisser déguster : sorbet "Ma Chérie" (non photographié, je l'ai mangé trop vite !)
Je pense que vous avez deviné le parfum de ce sorbet non ? Il s'agit effectivement d'un sorbet griottes et kirsch avec de fins copeaux de chocolat. Ce qui est assez incroyable, c'est qu'en le mangeant, on ne ressent que la griotte et le kirsch (généreux d'ailleurs sur le kirsch, hips !). Les copeaux de chocolat sont en effet tellement fins qu'on ne les sent pas sur la langue. Par contre, une fois cette sensation glacée de griotte passée, quand nos papilles commencent à se réchauffer, le chocolat les enrobe alors de sa chaude rondeur. C'est très impressionnant comme la succession des goûts est parfaitement orchestrée.

Deuxième sorbet à entrer en scène : sorbet fromage blanc citronné (en blanc à gauche)
Oui, vous avez bien lu, il s'agit d'un sorbet au fromage blanc et non d'une glace au fromage blanc. Le résultat en est d'autant plus agréable car il en ressort une très grande sensation de légèreté et de fraîcheur. Le citron (pressé et coupé en zestes ultra-fins) complète parfaitement le fromage blanc pour prolonger cette sensation en bouche. On a ici véritablement un "double effet kiss-cool" : fraîcheur du fromage blanc acidulé prolongée par la fraîcheur acidulée du citron. Pour les amateurs de glace au yaourt et de ce petit goût si caractéristique, c'est un parfum à goûter absolument !

Troisième nouveauté de cet été : une glace à la chicorée (en haut à droite)
Autant vous l'avouer, au départ, je ne suis pas fan de la chicorée car j'ai du mal avec son amertume parfois un peu trop présente. Dans cette glace, faite à partir d'une infusion de feuilles de chicorée, on ne retrouve heureusement que la saveur si particulière de cette plante sans son amertume. Cette glace, avec son goût tirant presque sur le carambar est très étrange. En effet, ce n'est pas ma préférée mais elle a quand même un goût de "reviens-y" indescriptible ...Je pense du coup que les vrais "nordistes" élevés à la chicorée dès le biberon en raffoleront !

Quatrième parfum de cette collection d'été ? Un sorbet chocolat/praliné avec des éclats de noisette caramélisés (on ne bave pas devant son écran !!) (en haut à gauche)
Fabriqué à partir de chocolat et praliné Valrhona, ce sorbet représente pour Maria la concrétisation glacée d'un délice d'enfance. L'association fait bien entendu mouche et le praliné est dosé avec parcimonie pour être présent sans être écoeurant. On a ici une saveur classique et réconfortante mais pas enfantine ! En effet, avoir travaillé les parfums en sorbet et non en glace leur donne beaucoup plus de caractère (la douceur du lait à tendance à diminuer l'intensité des parfums originaux) et fait toute l'originalité de cette saveur par rapport à ce que l'on peut voir chez beaucoup d'autres concurrents ...

Et enfin, last but non least : un sorbet à la pâte d'amande (en blanc à droite)
Mon coup de coeur absolu, un truc incroyable à tomber par terre et à lécher jusqu'à la moindre goutte du pot !
Honnêtement, et je pèse bien mes mots, ce parfum est véritablement UNIQUE.
Pourquoi ? Car il ne s'agit pas d'une n-ième glace à l'amaretto ni au lait d'amande ni même, encore pire, à l'arôme d'amande (parce que dans ce cas-là on a vraiment l'impression de manger de la colle Cleopatra !) mais d'un sorbet à la pâte d'amande, c'est à dire un sorbet qui a non seulement le goût mais aussi la texture d'une excellente pâte d'amande. C'est vraiment très impressionnant : les amateurs de pâte d'amande (comme moi!) adorent mais, là où c'est encore plus fort, c'est que même ceux qui ne sont pas très fans (comme l'As des As) la trouvent excellente.
Pour parvenir à cette incroyable sensation de manger une pâte d'amande glacée qui fonde véritablement en bouche, Maria a travaillé avec deux pâtes de chez Valrhona : une à 70% qui apporte le goût et l'autre à 20% qui apporte la texture caractéristique et légèrement friable de la pâte d'amande, les 2 s'équilibrant niveau sucre.

Et comme on est hyper gourmand, Maria a continué, au fil de la discussion, à nous faire goûter différentes saveurs dont voici un petit aperçu :
- glace menthe fraiche et pépites de chocolat (au centre) : incroyablement frais même si on ne sent pas trop le chocolat (on a plus l'impression de mâcher des feuilles de menthe glacée). Je vois très bien cette glace déclinée en salée avec des morceaux de tomates séchées pour les apéros d'été
- sorbet abricot-thym (en bas) : top de chez top (je vous avais déjà dit dans un précédent billet que Maria excellait dans les alliances fruits/plantes aromatiques). Préparé à base de pulpe d'abricot et d'infusion de thym frais (pour restituer au mieux toutes les saveurs de cette plante), l'accord est délicat, délicieux et raffiné
- sorbet fraise-menthe : très bon (oui, je sais, je me répète un peu beaucoup dans ce billet !). Fraîcheur de la menthe d'abord suivie ensuite du goût et de la saveur sucrée de la fraise. Ce qui est frappant, c'est que chaque parfum est parfaitement restitué, ni atténué ni déformé ...
- glace à la réglisse : très étrange, le goût des bonbons Batna. A mon avis, c'est comme la glace à la chicorée, si c'est un souvenir d'enfant, on devient addict

et puis aussi, (pour la route !), une glace pistache et un sorbet noix de coco tout aussi excellent.

DSCN1536Alors que dire pour conclure ?
Eh bien qu'en sortant nous étions absolument incapables de ne choisir qu'un seul parfum tant le niveau est élevé (surtout qu'on se souvenait aussi des parfums dégustés les fois précédentes !)

Donc en un mot, à pied, en voiture, à vélo ou en trotinette, courez-y avant que je n'ai tout pris ! :-)

Posté par camille syren à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2012

1, 2, 3, composez !

Aujourd'hui, on va jouer ! Ou plutôt vous allez jouer et moi je vais juger ... Rassurez-vous, je ne vous parle pas de l'Eurovision qui aura lieu ce week-end ! (pour les très grands fans, sachez que les demi-finales se déroulent en ce moment-même).

Ici, pas question de chanson (quoique mes talents en la matière réjouissent l'As des As ! ;-)) mais je vais pourtant bien vous parler de composition.

brunch kubeVotre partition ? Une assiette : ronde, carrée, creuse, plate, unie, à petits pois, héritée de votre grand-mère ou achetée hier chez Ikea, prenez celle qui vous plait et qui vous inspire !

Les instruments dont vous disposez ? Tout votre garde-manger ! Petit reste oublié au frigo, dernière part de cake que personne n'ose prendre, tomate qui s'ennuie dans son panier ou nouvelle petite boite du supermarché à tester : la palette est immense et seule compte la variété !

Les critères de sélection ? La qualité esthétique, l'originalité et la diversité des composants, le côté appétissant et la facilité de composition de l'assiette (en gros, pas une recette à la Robuchon ou avec 15 heures de préparation !)

Les membres du jury ? Pas d'André Manoukian, d'Armande Altaï ou de Garou. Non, pas de professionnels de la musique mais des amateurs (ou plutôt amatrices !) de bonne chère : Anne-Laure, Fanny, Florence et Mlle Moutarde herself ! (n'essayez pas de faire une assiette spéciale Dijon pour tenter de m'amadouer, je resterai très objective !)

Votre récompense ? Aucun trophée lourd et encombrant (voire kitch !) qui prend la poussière mais de la jolie vaisselle et des mets fins qui raviront vos palais de fins gourmets !

Votre scène ? Le blog d'Ariane, qui marie si bien équilibre et gourmandise, et où vous trouverez toutes les explications détaillées !

Alors jusqu'au 21 juin, oubliez le vieil adage "on ne joue pas avec la nourriture" et soyez au contraire bien dans votre assiette !

Posté par camille syren à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 mai 2012

Food Revolution - fou de révolution ?

14 juillet 1789, prise de la Bastille ; 19 mai 2012, prise de nos papilles ? (au passage, le 14 juillet, c'est la Saint Camille même si ce n'est jamais écrit dans le calendrier. N'oubliez donc pas ce jour-là de souhaiter leur fête à ces personnes très souvent charmantes, pétillantes et débordantes d'idées ! ;-))

Bon, revenons à nos moutons ! Aujourd'hui, Mesdames, Messieurs, est un jour révolutionnaire. Pas de panique, pas la peine de planquer tous vos bijoux ou de vous accrocher à vos meubles, la révolution du jour est une révolution gastronomique. En effet, Jamie Oliver a décidé de faire de la journée du 19 mai la journée mondiale de la Food Revolution.

Tout d'abord, pour ceux qui ne le connaitraient pas, qui est Jamie Oliver ?
Pour simplifier, on va dire que c'est un peu, en Angleterre, le précurseur de Cyril Lignac (même si ce dernier en a un peu marre d'être comparé à son homologue britannique !). Concrètement, c'est un des premiers à avoir adopté une attitude de chef-copain et à avoir sorti la cuisine des règles parfois pesantes de la gastronomie.
Son credo ? Aucun ingrédient n'est moins bon qu'un autre et on peut faire bon tout en restant simple (fini les recettes avec 10 heures de préparation et une liste d'ingrédients longue comme le bras !). Evidemment, cette approche a vite trouvé son public et comme, en plus, il est jeune et plutôt sympatique, le succès a vite été au rendez-vous !
Jamie Oliver a progressivement diversifié ses activités : livres, émissions télé, restaurants, produits dérivés, etc... et s'est surtout fixé comme priorité de mettre à profit sa notoriété pour lutter contre la malbouffe et surtout pour éduquer les plus petits à la cuisine.

YAMY FOOD REVOLUTIONEt concrètement, c'est quoi le Food Revolution Day ?
Comme vous l'avez compris, Jamie Oliver a décidé de se positionner comme le super-héros qui sauve la veuve et l'orphelin de la malbouffe. Après un livre en Angleterre sur le sujet et une émission télé aux Etats-Unis, il a donc décidé de passer la vitesse supérieure en déclarant le 19 mai journée de mobilisation mondiale contre la malbouffe avec un slogan explicite "Stand up for real food" ("Mobilisez-vous pour manger vrai").
Au menu ? Burger-frites-coca ? Non, je vous rassure ! :-) Au contraire, des manifestations dans plus de 45 pays de diverses natures (ateliers cuisine, visites de potager, ateliers avec des enfants, pique-niques géants, ...) pour réveiller les consciences, sensibiliser les gens et essayer de faire bouger les politiques. La liste de toutes les manifestations est disponible sur ce site mais pour vous donner quelques exemples vous pourrez, entre autres, à Paris faire un blind-test organoleptique ou participer à une "disco salade" (je vous assure que je n'ai pas inventé !) ou assister à un atelier de cuisine à Marseille, Lyon ou Lille.

Le Food Revolution Day, qu'en penser ?
Personnellement je pense que c'est plutôt une bonne initiative. Evidemment, j'entends déjà les mauvaises langues dire que ce n'est pas un Anglais qui va nous apprendre à cuisiner (en France peut-être que non mais aux USA ou en Inde pourquoi pas ?), que c'est uniquement pour son image ou que son dernier livre 30 minutes chrono propose des recettes encore plus caloriques qu'un fast-food ...
Alors certes, en France on n'a peut-être pas besoin de lui mais si on sort quelques secondes de notre ethnocentrisme habituel (attention, ça vole haut sur le blog pour un samedi ! :-)) on peut au moins lui reconnaitre le mérite d'initier un mouvement au niveau mondial et de mettre sa notoriété au profit d'une juste cause. Les effets ne seront sûrement pas immédiats mais "les petits ruisseaux font les grandes rivières" ...

Que ce Food Revolution Day soit couronné de succès ou non, il ne nous reste plus qu'à espérer que cette révolution de palais (au sens propre du terme !) ne détronera pas la France de son statut de "nation de la gastronomie" !

Posté par camille syren à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,