27 mars 2012

Moteur, silence, ça cuisine !

A moins d'être arrivé seulement depuis deux jours en France (Hello and welcome to France !), vous avez du remarquer que la cuisine est de plus en plus présente dans notre société : journaux, livres, émissions télé et radio, boutiques spécialisées, ateliers de cuisine, jeux de société (Trivial Poursuit spécial gastronomie par exemple), internet, téléphone et sans doute encore ailleurs très prochainement.

Au mois de mars, la cuisine a surtout effectué son grand retour ... au cinéma ! En effet, deux films mitonnés aux petits oignons sont sortis à une semaine d'intervalle ce mois-ci : Comme un chef d'une part, Entre les Bras d'autre part. Chercher à les confronter serait aussi peu pertinent que de comparer homard et Dame blanche (j'adore les deux mais à des moments et des humeurs différentes, l'un n'em-pêche Melba comme dirait l'As des As !). Voici donc, plus qu'une critique, des orientations pour choisir le bon film au bon moment !

comme-un-chefComme un chef : pour ceux qui veulent sourire ou initier tout en douceur quelqu'un à l'univers de la gastronomie
Honnêtement, c'est un film "gentil" et grand public mais qui ne casse pas non plus trois pattes à un canard (ça tombe bien, il n'a pas été tourné à la Tour d'Argent ! ;-)). Quelques scènes sont drôles, d'autres carrément caricaturales mais on doit au moins souligner que les acteurs ont vraiment travaillé leur rôle et ont adopté des gestes de grands cuisiniers même pour certains petits détails (par exemple, la manière de tenir la cuillère pour goûter une sauce). Est-ce réaliste ? Non ! Mais certaines problématiques inhérentes au métier sont soulevées : la pression (économique) liée aux étoiles, les horaires très durs qui obligent bien souvent à mettre sa vie de famille entre parenthèses, les sirènes des modes et tendances qui peuvent venir brouiller un style plus personnel, ... En conclusion, un film à popcorn du samedi soir !

Entre-les-bras-afficheEntre les Bras : pour les fins gourmets qui s'intéressent à la gastronomie ou ... à la psychologie
Ce documentaire est construit comme un plat de haute-volée autour d'un savant équilibre entre plusieurs éléments : transmission et création, inquiétude et fierté, père et fils, nature et culture (du goût), passion et initiation, réussite familiale et destin personnel. Il faut saluer l'excellent montage, sans aucune voix-off, qui réussit par le choix des plans et des coupes, à suggérer toute la palette des émotions ressenties (la dernière image en est la meilleure illustration !). Seul petit bémol, la musique, un petit peu trop mélodramatique, et qui ne sert donc pas vraiment le propos ... En sortant, on n'a qu'une envie, se souvenir de ses propres gourmandises d'enfance et parler à ses parents !

 

Ces deux films, toujours à l'affiche, peuvent être rejoints, dans votre DVD-thèque gourmande, par deux autres films indispensables

ratatouille,0Ratatouille : pour regarder en famille (et faire aimer la ratatouille aux enfants ?)
On ne présente plus l'histoire de Rémi et de son rat ... Mais sachez que ce film n'est pas seulement un gentil film d'animation pour enfants et qu'il peut même toucher les adultes !

 

 

 

 

festin babetteLe festin de Babette : pour comprendre que la cuisine est avant tout un acte d'amour et de générosité
Ce chef d'oeuvre danois réalisé en 1987 est à voir absolument ! Je vous rassure tout de suite, il ne s'agit absolument pas d'un obscur film d'auteur sans sous-titre où on lutte pour garder les paupières ouvertes mais d'un film superbe, émouvant et gourmand.

 

 

 

Enfin, si vous avez de la place, voici quelques autres films gourmands qui m'ont marqué : Julie & Julia, El Bulli : cooking in progress, Cuisine et dépendances, Charlie et la chocolaterie,  Le Chocolat, ...

Tous ces films vous donneront l'occasion de se faire une toile avec les étoiles !

Posté par camille syren à 09:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23 octobre 2011

El Bulli pour changer des kiwis !

el bulliSi la cuisine moléculaire relève parfois plus de la performance que de la gastronomie, voir ce film constitue aussi un exploit ! En effet, seulement 8 salles en France le projettent (je vous rassure, 1 seule à Paris, les non-parisiens peuvent donc aussi en profiter).

Aujourd’hui donc, si je vous parle de match, ce n’est pas de celui du coq face aux kiwis mais de celui de Ferran Adria face à l’élaboration de sa carte. Car si ce film ne questionne absolument pas la cuisine moléculaire et les polémiques qu’elle soulève, il a le mérite de nous introduire dans le secret du processus créatif du restaurant qui fut longtemps désigné comme le « Meilleur restaurant du monde ».

Le réalisateur, qui a suivi Ferran (oui, je l’appelle par son petit nom, on est intime !;-)) et sa garde rapprochée pendant un an, nous immerge sans un mot ni commentaire, du début du travail de création de la carte à l’ouverture du restaurant où persistent des ajustements permanents.

Que retenir de la manière de travailler de Ferran Adria ?

- Sa cuisine est une cuisine d’émotions plus que de saveurs : il cherche à surprendre et interpeller les gens plus qu’à les « régaler »

- Son processus créatif comporte 3 phases

- Phase 1  (les premiers mois dans son laboratoire à Barcelone avec sa garde rapprochée) : il travaille les formes et les apparences et répertorie tout à la manière d’un scientifique (1 même champignon peut passer à la centrifugeuse, à la poêle, être cuit sous vide, déshydraté ou confit pour parvenir à trouver l’apparence la plus surprenante)

- Phase 2  (à 3 semaines de l’ouverture dans son restaurant) : il assemble les saveurs pour composer un plat qui soit intéressant à la fois pour les pupilles et les papilles et trouve un fil conducteur à son menu unique

- Phase 3 (durant l’ouverture du restaurant) : il goûte et réajuste en permanence jusqu’à considérer qu’un plat est « abouti »

Bon, ne nous voilons pas la face, n’est pas Ferran qui veut ! Il est néanmoins intéressant de noter que sa technique de travail peut s’apparenter à ce que Pierre Hermé appelle « l’architecture des goûts » (si vous êtes sages, je vous ferai un billet là-dessus un jour ! J).
On ne s’étonnera pas donc que les 2 s’entendent très bien, et, à défaut de pouvoir goûter la cuisine du premier, on peut encore se régaler des pâtisseries du second !

Posté par camille syren à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,